fenchie to go

Aujourd’hui à Paris, bon plan resto

Priceless soupers

Mastercard et Le Fooding remettent le couvert. Après avoir proposé aux Français de découvrir les tables les plus prisées de la capitale l'an dernier, même à la dernière minute, ils relancent l'opération "Priceless Soupers", dans des adresses où il faut en temps normal réserver des mois à l'avance.

 

Le 24 mai, 70 privilégiés pourront s'attabler chez Frenchie to Go & Bar A Vins (2e arrondissement) pour un menu 100 % britannique, orchestré par les chefs Grégory Marchand et Isaac McHale, entouré d'une brigade venue d'outre-Manche. Les réservations seront ouvertes dès le 15 mai sur Priceless.com/paris et dès le 16 mai sur le site du Fooding.com (50 € par personne, hors frais de réservation).

 

 

 

 

Le 15 juin, en plein milieu de l'après-midi, se déroulera un autre repas, inattendu et original, au Chateaubriand (11e arrondissement). Inaki Aizpitarte recevra deux chefs mexicains, Benito Molina (Manzanilla) et Jair Tellez (Laja), pour un repas à six mains. 80 chanceux y participeront (50 € hors frais de réservation – Pour obtenir une place, rendez-vous dès le 9 juin sur Priceless ou le 10 juin sur Fooding).

 

Les retardataires pourront tenter d'obtenir une place pour un repas encore plus confidentiel, à L'Abri (10e arrondissement), où seules 20 personnes pourront s'installer le 29 juin. Quatre chefs japonais prendront les commandes de l'adresse et ce sera au public de décider qui de Katsuaki Okiyama (restaurant Abri), Keisuke Yamagishi (Etude), Daï Shinozuka (Enfants Rouges) et Haruka Casters (6036) s'occuperont de l'entrée, du plat et du dessert. (52 € par personne, hors frais de réservation – Places disponibles dès le 23 juin sur Priceless ou le 24 juin sur Fooding).

 

Plus d'informations : http://www.priceless.com/paris et http://www.lefooding.com

1ermai flashmob

Aujourd’hui à Paris on dance !

danse

Besoin de vous défouler avant d'aborder ce grand pont du mois de mai ?

Pas de problème. Comme chaque année le 29 avril, c'est la journée internationale de la danse, qui a été créée en hommage à Jean-Georges Noverre, considéré comme l'inventeur du ballet moderne.

À Paris, c'est sur la place de la République (3e) que les événements vont se dérouler.

Popmybike

Aujourd’hui à Paris, POP MY BIKE invasion de vélos

1615 ! ce n’est pas le nombre de vélos volés par jour en France mais plutôt le nombre de vélos en aquilux hollandais qui seront disséminés, aujourd’hui et demain dimanche, un peu partout dans la capitale.
Reconnaissables grâce à leur hashtag #POPMYBIKE, vous pourrez les chasser dans les spots les plus branchés de Paris puis poster les photos sur les réseaux sociaux. Cette initiative n’est pour le moment pas revendiquée, il faudra attendre lundi matin pour connaître le commanditaire de cette invasion éphémère.

 

 

 

 

Voici quelques indices des endroits où les trouver, alors bonne chasse…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ZOO DE VINCENNES

Aujourd’hui à Paris, allez au zoo adopter votre filleul

Le zoo de Vincennes vient de rouvrir ses portes, on a trouvé originale l'idée de parrainer un animal du zoo, en voici quelques uns qui attendent leur parrain.

 

LUCALUCA, le singe laineux a été élevé à la main au zoo de Twycross, avec Molimo, né du même père, de 6 ans son cadet. Puis, lors de son séjour à la Vallée des Singes en France, il fait la connaissance de Chorito, jeune singe laineux mâle. Au Parc Zoologique de Paris, Luca partage son espace aux côtés de Molimo et Chorito, dans la biozone Amazonie-Guyane. Plus âgé que les autres, c’est le mâle dominant de la bande. Il n’hésite pas à rouler des épaules pour asseoir son autorité et peut se montrer impatient et capricieux quand il n’obtient pas ce qu’il veut.La cohabitation de Luca, Molimo et Chorito étant devenue houleuse avec les femelles à la Vallée des Singes, les trois camarades ont été confiés un temps au zoo de Bâle, avant d’être transférés au Parc Zoologique de Paris.

AdelineADELINE,la girafe est la meneuse du groupe ! Elle est la seule, par exemple, qui a tenté de sortir de l’ancien enclos. Elle est toujours la première à sortir dans l’enclos extérieur et tout le monde la suit.C’est une gourmande qui adore la barbotine et la pastèque. Quand les soigneurs lui donnent de la pastèque dans l’eau, elle fait en sorte de ne sortir que sa longue langue afin de ne pas se mouiller.Elle a eu des petits avec lesquels elle a toujours été très protectrice.

TEGUTEGU,la mygale terrestre mesure entre 7 et 8 cm de long et peut vivre jusqu’à 10 ans en captivité. La mygale terrestre, encore appelée mygale à poils bouclés, se nourrit principalement d’insectes. Les mygales produisent de la soie à usages multiples. Elles fabriquent des toiles-tapis de sol pour muer, des loges de ponte pour garder les cocons remplis d’œufs, des toiles en nappe ou en tube comme refuge ou parfois comme piège pour capturer de grosses proies. Ames sensibles s'abstenir.

ARAMISARAMIS,semble entièrement noir mais ses tâches sont encore visibles si l’on regarde attentivement. Les jaguars comme Aramis touchés par ce qu’on appelle le mélanisme ne forment pas une espèce ou une sous-espèce distincte, ils représentent environ 6 % de la population.Aramis, Tao et Black Earl faisaient partie du programme d’échange d’animaux inscrit dans le cadre de l’EAZA (Association européenne des zoos et aquariums)

ZOEZOE, la grande koudou a été élevée à la main au Parc Zoologique de Paris. En 2010, pendant les travaux de rénovation du parc, elle est partie au Zoo de Duisburg, en Allemagne où elle a donné naissance à un mâle. Il y a quelques mois, elle est revenue au Parc Zoologique de Paris.C’est une femelle très calme et très docile. Elle se laisse faire lorsqu’il faut lui apporter des soins médicaux et écoute très bien les soigneurs lors des rentrées et sorties.

ARAPAIMAANONYME, L’arapaïma peut mesurer plus de trois mètres, peser 300 kg et vivre jusqu’à 45 ans. Sa chair est particulièrement savoureuse, et il fait ainsi l’objet d’une pêche intensive.L’arapaïma peut s’asphyxier s’il ne vient pas respirer toutes les dix à vingt minutes à la surface. Si les jeunes possèdent des branchies efficaces quelques jours, elles perdent en partie leur fonction chez les adultes. Ceux-ci utilisent alors leur vessie natatoire (diverticule de l’œsophage propre aux poissons) comme des poumons. Autre fait rare chez les poissons, mâle et femelle construisent un nid et protègent les alevins.L’arapaïma est un des plus gros poissons d’eau douce du monde. Telle une armure, ses larges écailles le protègent des morsures de piranhas.

TANATANALa grenouille tomate se nourrit de vers, d’araignées et de petits mammifères. Elle mesure entre 6 et 10 cm et peut vivre jusqu’à 10 ans en captivité. Le mâle est de couleur jaune-orangé tandis que la femelle est davantage rouge-orangé. Cette dernière peut pondre jusqu’à 1 500 œufs ! Si elle se sent menacée, cette grenouille gonfle son corps et exhibe sa couleur, plus vive chez la femelle. Sa peau sécrète une toxine qui n’est pas dangereuse mais irritante et gluante et qui colle aux dents des prédateurs qui tenteraient de l’attraper

 

Il y encore beaucoup d'autres animaux, alors lancez-vous, voici ce que le parc Zoologique vous propose en contrepartie :

http://www.parczoologiquedeparis.fr/fr/participez/parrainage/contreparties

Petit bémol : On déplore le prix du billet d'entrée qui est exorbitant, 23 € pour un adulte et 15 € pour un enfant

Socotra

Aujourd’hui à Paris vous fait découvrir Socotra, l’île extra-terrestre

Au large du Yemen et à quelques kilomètres de la Somalie, se trouve la mystérieuse île de Socotra qui semble abriter des paysages uniques.

Son isolement ainsi que son climat aride font qu’on y trouve des espèces d’arbres et de fleurs peu communes. En effet, cette île “extraterrestre” –telle qu’on la surnomme- abrite plus de 800 espèces rares qu’on ne trouve nulle part ailleurs.

Inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, ce sont surtout ses “dragonniers” qui fascinent: des arbres qui non seulement poussent à l’envers, mais produisent aussi une sorte de résine rouge que l’on appelle le “sang-dragon”.

Les photos qui suivent ne sont évidemment pas issues du film Alien de Ridley Scott mais bel et bien de l’île de Socotra. A ne pas voir sous hallucinogènes !

D'autre images sur Google Maps

https://www.google.fr/maps/@12.3031921,52.1706391,1021696m/data=!3m1!1e3

 

Salsa Colonne Morris

Petite histoire des Colonnes Morris

La Colonne Morris

Éléments typique du mobilier urbain Parisien, les Colonnes Morris sont implantées sur les trottoirs de la ville afin de lutter contre l’affichage sauvage très répandu au début du 19ème siècle. A cette époque, l’affichage publique n’est pas réglementé et l’affichage de toute sorte de publicité à lieu sur des urinoirs dotés d’un panneau d’affichage à l’extérieur mais aussi sur les murs et les arbres. Cela sent mauvais,  et il faut donc régler ce problème d’hygiène: les « colonnes urinoirs » sont remplacées en 1868 par les Colonnes Morris​ pour l’affichage et par les vespasiennes pour les lieux d’aisances. Ces colonnes doivent leur nom à l’imprimeur Gabriel Morris qui en a obtenu la concession à des fins publicitaires en 1868. Mais l’invention en revient au Berlinois Ernst Litfass qui les avait introduites à Berlin, dès 1854. A Berlin on les appellent Litfaßsäule, ou « colonne de Litfass ». Ces colonnes de forme cylindrique avaient pour vocation première l’affichage théâtral et cinématographique. Mais les Colonnes Morris​ servaient aussi d’entrepôt au matériel de nettoyage des rues de la capitale, et dissimulaient parfois même des toilettes publiques.

La décision en 2006 du Maire de Paris, Bertrand DELANOE, de détruire 223 colonnes Morris, au prétexte de « désencombrer l'espace public » a soulevé une violente polémique. Les colonnes Morris sont devenues des objets emblématiques de l'image de Paris, au même titre que les fontaines Wallace et les entrées de métro d'Hector GUIMARD. Les détracteurs reprochent à la municipalité d'utiliser le prétexte du confort visuel pour masquer la nouvelle donne financière (11 M€) négociée avec le concessionnaire. Les diverses associations de défense s'inquiètent de la disparition d'un support consacré aux arts du spectacle au profit de supports publicitaires plus rentables.

En se promenant dans la Capitale, on peut découvrir des Colonnes Morris surprenantes, nous en avons choisi quelques unes ci-dessous :

La Classique

La Bouglionne

La Guerlain

La Sainte Catherine

La rétro au Châtelet

La Smarties

La Moderne

Envoyez nous vos photos pour compléter notre collection !

 

Oeuf de Fabergé

Les Oeufs de Pâques créés par Peter Carl Fabergé

Oeuf de Fabergé Les spectaculaires OEufs de Pâques créés par Peter Carl Fabergé pour la famille impériale russe entre 1885 et 1917 sont les oeuvres d’art les plus célèbres et les plus impressionnantes de cet orfèvre-joaillier.

Oeuf de Fabergé Objet fantaisie empreint de virtuosité, à la finesse et à la complexité stupéfiante, chaque OEuf de Pâques impérial, conçu sur un thème précis, foisonne de références personnelles et culturelles.

Oeuf de Fabergé La cérémonie annuelle de présentation de l’OEuf de Fabergé, intensément intimiste, avait pour toile de fond un contexte historique extraordinaire, conférant à ces objets un charme extrême et poignant.

Oeuf de Fabergé Sans doute puise-t-il également son inspiration dans la coutume ancestrale qui consiste à apporter à l’église, le jour de Pâques, des oeufs peints à la main pour les faire bénir avant de les offrir à ses proches. Au fil des ans, la coutume a évolué et de somptueux présents, incrustés de pierres précieuses, sont traditionnellement échangés à Pâques dans la haute société de Saint-Pétersbourg.

Oeuf de Fabergé La tradition débute en 1885, lorsque le tsar Alexandre III charge Fabergé de créer un OEuf de Pâques orné de pierres précieuses pour l’offrir à son épouse, la tsarine Maria Fedorovna. Le premier OEuf de Pâques impérial, baptisé OEuf à la poule, est réalisé en or ; à l’intérieur de sa coquille en émail blanc, qui s’ouvre sur un jaune d’oeuf en or mat, une poule en or contient une minuscule réplique en diamants de la couronne impériale suspendue à un minuscule oeuf en rubis monté en pendentif.

Oeuf de Fabergé Les surprises cachées dans la précieuse coquille de ces oeufs écrins sont, à chaque fois, attendues avec impatience. La tradition se poursuit jusqu’en 1917, Nicolas II offrant un oeuf à sa femme, Alexandra, et à sa mère, la tsarine douairière ; ce sont les cadeaux les plus somptueux, les plus fascinants et les plus envoûtants qu’il ait été donné au monde de voir, et sans doute les objets les plus iconiques de l’histoire des arts décoratifs. 

Oeuf de Fabergé Indissociable des vies, des amours et des destins tragiques du dernier des Romanov, le tsar Nicolas II, et de la tsarine Alexandra, l’histoire de Fabergé l’est aussi à la révolution russe qui a bouleversé le cours de l’histoire mondiale.

Oeuf de Fabergé Huguenot d’origine, doté d’une imagination fertile, de multiples talents et d’un remarquable sens des affaires, Peter Carl Fabergé devient orfèvre-joailler à la Cour impériale de Russie, où il crée des bijoux et objets d’art exquis, notamment les légendaires OEufs de Pâques impériaux aussi somptueux qu’ingénieux.

Oeuf de Fabergé Sa renommée mondiale attire une clientèle composée de rois, de nobles, de magnats et d’industriels mais aussi l’intelligentsia artistique de Paris, Moscou, Saint-Pétersbourg et Londres. En 1917, la révolution russe met violemment et définitivement fin à la dynastie des Romanov et sonne le glas de la Maison Fabergé.

Les Bolchéviques confisquent les ateliers et leurs trésors, la production est arrêtée et Peter Carl Fabergé et sa famille fuient la Russie. En 1951, la famille Fabergé perd ses droits sur la marque : il lui est interdit de produire et de commercialiser ses créations sous le nom Fabergé.

Pourtant, au fil des décennies, la marque Fabergé séparée des descendants de la famille en dépit de leurs efforts pour honorer et perpétuer leur héritage, fait preuve d’une résistance extraordinaire.

Sa légende perdureauréolée de mystique, de charisme et de délicatesse.

Un oeuf de Fabergé vient tout récemment d'être retrouvé sur un marché aux puces.

L'oeuf de Fabergé retrouvé au marché aux Puces

OEUFS COLORES

Histoire d’oeufs de Pâques

Pâque, selon la tradition juive

Pâque (sans "s") est une fête juive célébrée le 14ème jour du premier mois du calendrier juif. Les ancêtres du peuple juif étaient esclaves des pharaons d’Égypte. Sous l’influence de Moïse, ils s’organisèrent et s’enfuirent. Cette libération, appelée l’Exode, est depuis lors célébrée par les Juifs chaque printemps. Les Juifs ne disent pas pâques mais "Pessah".

Les oeufs rouges

Pâques selon la tradition chrétienne

La fête chrétienne de Pâques est destinée à rappeler le souvenir de la résurrection de Jésus-Christ. Durant les premiers temps de la chrétienté, le calendrier utilisé pour fixer la date de Pâques était le calendrier juif ou babylonien. Les Églises d'orient célébraient Pâques le dernier jour avant la pleine lune qui suit l'équinoxe de printemps (14 Nissan) commémorant ainsi la mort de Jésus. La résurrection de Jésus survint le 16 Nissan, en même temps que Pessah, la Pâques juive. Voilà tout simplement pourquoi le jour de la résurrection du Christ est appelé Pâques.

 

Oeufs colorés

La tradition de Pâques dans le monde 

La fête de Pâques est célébrée différemment selon les coutumes des pays du monde.

En France et dans la plupart des pays européens, les cloches des églises, véritables symboles de Pâques ne sonnent pas du Vendredi Saint au Dimanche de Pâques, car l’histoire raconte qu’elles se rendent à Rome où elles se chargent d’oeufs. À leur retour, elles survolent les jardins et lancent tous ces oeufs… pour le plus grand plaisir des enfants !

Mais dans d'autres pays d'Europe, les messagers de pâques, ne sont pas les cloches : au Tyrol, c’est la poule. En Suisse, un coucou. En Allemagne, un lapin blanc. Dans les pays anglo-saxons, un lièvre.

En Italie, le prêtre bénit les oeufs de Pâques. Lors du repas du dimanche de Pâques, les maîtresses de maison les placent au centre de la table où tout le monde se réunit. Le repas de fête peut alors commencer !

En Australie, le jour de Pâques, ce ne sont pas les cloches qui apportent les oeufs, mais le lapin de Pâques ! Il les cache dans le jardin et les enfants s’amusent à les chercher.
 
En Bulgarie, un ou deux jours avant Pâques, la coutume veut que les familles chrétiennes envoient une miche de pain et 10 à 15 oeufs teints en rouge à leurs amis turcs. Honorés par ces présents, ceux-ci remettent en général un peu de monnaie au messager qui vient porter ces oeufs.

Oeuf en chocolat

La tradition des oeufs de Pâques

L’oeuf de Pâques est le symbole de l’éclosion d’une vie nouvelle et de la fertilité. Donner des oeufs en cadeau à Pâques ou pour célébrer l’arrivée du printemps, est une tradition installée depuis des centaines d’années.

Il y a environ 5000 ans, les Perses offraient déjà des oeufs de poules comme cadeaux porte-bonheur pour fêter le printemps ! C'est réellement à partir du XIIIe siècle que les premiers oeufs peints firent leur apparition en Europe. Ils s'échangeaient à l'occasion de la fin du Carême, symbolisant ainsi la fin des privations de l'hiver.

Aujourd'hui, les oeufs de Pâques sont en chocolat. Cette tradition est relativement récente. Les moulages en chocolat ont fait leur apparition durant la première moitié du XIXe siècle.

On peint et on décore les oeufs de Pâques aux quatre coins de la planète. La décoration des oeufs est, dans certains pays, considérée comme un art. 

Certaines personnes croient que les oeufs de Pâques ont des pouvoirs magiques. Enterrer les oeufs de Pâques peints à la main au pied d’une vigne la ferait pousser plus rapidement. D’autres pensent que si l’oeuf reste enterré pendant cent ans, le jaune deviendra un diamant ! Incroyable, non ?